Quand le handicap devient invisible

Quand le handicap devient invisible
Photo CC BY NC de tyle_r

Décidément, on parle beaucoup de handicap sur Medic-Actu ! Après la traduction de l’article de Lisa Egan, le coup de sang contre une association, c’est un post sur Facebook qui me renvoie sur un article (encore en anglais).

Plus encore que l’article, le commentaire de la personne qui l’a mis sur Facebook est essentiel. Car il montre combien, encore une fois, la société et les gens handicapent les personnes, par leur attitude.

L’histoire de base

C’est un article paru dans un magazine new-yorkais en ligne,  où un lecteur envoie une photo prise dans le métro et demande, en gros, quelle femme peut-être assez égoïste et mal élevée pour résister aux regards de deux enfants, debout, qui “auraient” envie de son siège (c’est moi qui met au conditionnel), regards qu’on imagine aussi puissants que ceux d’un chat devant un paquet de sardines hors d’atteintes.

Si la majorité des journalistes pensaient qu’un adulte ne doit pas donner sa place à un / des enfants, l’une d’entre elles, une mère, répond :

Je ne peux même pas commencer à imaginer le genre de narcissisme sociopathe qui permettrait à un adulte non-handicapé de rester assis en lisant quand deux petits enfants sont secoués par un wagon de métro en mouvement. Leurs petites mains ne peuvent même pas atteindre les “piliers”.

S’en suivi une discussion dans les commentaires, dont j’ai sorti deux réponses particulièrement intéressantes.

Les handicaps invisibles

La première parle d’une personne malade du cancer :

J’étais dans le métro l’autre jour avec un ami atteint d’un cancer. Il a l’air parfaitement normal ; plus mince qu’avant, mais seuls ceux qui l’ont connu avant sa maladie le remarqueront. Il n’est pas si marqué que vous puissiez vous rendre d’un seul coup d’oeil qu’il va mal. Mais il a perdu beaucoup de force et n’a pas beaucoup d’énergie. Il est difficile pour lui de marcher longtemps, grimper des marches ou même tenir debout pendant un moment prolongé. A la base, il est totalement essoufflé si une quelconque de ces activités se prolonge trop longtemps.

Une autre personne parle de son expérience personnelle :

Vous ne savez rien de cette personne. Je vis à New York depuis six ans. Les deux dernières années, je souffrais d’avoir cassé mes deux chevilles. Après la chirurgie et la rééducation, je ne portais pas de chaussures orthopédiques et n’utilisais pas de béquilles, mais me tenir debout dans le métro me faisait énormément de mal, notamment à cause du mouvement de balancement au départ et à l’arrêt. Aussi je m’asseyais à chaque fois que je le pouvais. Je ne me levais pas quand je voyais d’autres personnes qui avaient besoin de s’asseoir, parce que moi-même, j’avais ce besoin. Est-ce que cela se voyait, pour qui que ce soit, que j’en avais besoin ? Non. Vous n’avez pas idée de ce que ressentent les gens simplement en les regardant. Il y a des maladies, des douleurs, des blessures que vous ne pouvez pas voir.

Enfin, la personne qui a posté, elle même, commente ainsi sur Facebook

Deux mots : handicap invisible. A cause de mon pied, je ne peux pas me tenir debout dans un véhicule en mouvement, et je suis connue pour attendre le train ou le bus suivant si je ne peux pas avoir un siège, tellement c’est difficile pour moi. Mais pourtant vous ne pouvez pas le voir, aussi quand je ne me lève pas pour donner mon siège, on pense automatiquement que je suis une sale égoïste.

Et les handicaps visibles ?

Cela va plus loin. Par hasard, une amie m’a raconté une histoire hier. Elle marchait avec une canne, et se trouvait dans le métro. Il restait deux strapontins de libre seulement.

Alors que mon amie se dirigeait vers l’un d’entre eux, une femme la dépasse, chargée de paquets … “à la Sex and the City” et dit à haute voix “ah la là je suis fatiguée, je mets tout là ça ne dérange personne” (ce qui était une affirmation et pas une question). Mon amie, avec sa canne, la regarde… rien… “ah non, moi j’ai besoin de m’asseoir, je sors de Saint Louis (hôpital pour les cancéreux)”

Réponse “ah ben ça pouvait pas se voir”.

Et la canne ?

Elle est invisible la canne ?

Parce que si elle est invisible, un coup de canne, ça soulagerait bien….