protection

Protection, y compris par la vaccinantion

J’ai découvert sur mon mur Facebook un article repris sans discernement par un site “de CP”, et dont le contenu mensonger m’a fait hurler.

Marc Jaspard, un “biochimiste” inconnu part en guerre contre les vaccins

Ou plus exactement, Marc Jaspard fait une campagne de presse pour expliquer que les vaccins sont inutiles / dangereux et ne devraient pas être administré sans un préalable groupage HLA, pour connaître l’état exact de ses défenses immunitaires. Trop cher ! Répondent les autorités dites “compétentes”. Vous apprécierez les guillemets autour du mot compétentes, qui décrédibilise en un signe typographique des armées de médecins et de scientifiques.

Les gênes HLA et le groupage HLA

Déjà, en curieux, j’essaye de savoir ce qu’est ce test qu’il faudrait faite avant toute vaccination. Pour résumer (vous pouvez trouver les détails ici), il s’agit de molécules anti-gênes qui sont dépendants d’un chromosome, et qui se retrouvent, selon leur type, sur telle ou telle sorte de cellules (lymphocytes, cellules de la peau, etc) et dont les gênes sont la base du système immunitaire.

Le nombre de combinaisons possibles est extrêmement élevé, donc “statistiquement” unique par individu (le risque ou la chance de trouver une combinaison identique sur un autre individu lors d’une greffe, par exemple, est nul).  C’est la présence sur un tissu étranger d’une signature différente qui génère la réponse de l’organisme, qui, selon le type d’agression, sera immunitaire, cellulaire ou humorale.

Des centaines de millions d’euros pour les groupages HLA

Combien coûte un groupage HLA : entre 120 et 600 Francs Suisses … autrement dit entre 100 et 500 euros. (D’autres sources montent carrément à 700 euros). Sans compter, en cas d’utilisation systématique dans le cadre des vaccinations enfantines, le coût :

  • de la visite supplémentaire chez le médecin (pour faire le groupage)
  • de l’investissement dans les labos, car je ne suis pas sûre que la France soit équipée pour faire face à ce nombre de tests

C’est vrai qu’il s’agit d’une broutille, dont le coût d’utilisation massive (plus de 800.000 enfants par an naissent en France) serait de “juste” de l’ordre de plusieurs centaine de millions d’euros, si ce groupage devait être fait une fois, … et plusieurs milliards si il devait être répété avant chaque vaccination.

Sans oublier qu’un groupage est spécifique pour un type de pathologie recherchée…

Déclaration d’indépendance ? Pour quel industriel Marc Jaspard travaille-t-il ?

Normalement, quand on est dans le monde de la santé, il est recommandé d’expliquer pour quels labos, quelles industrie on travaille, de façon régulière ou ponctuelle. Là, on ne sait rien, en plus de l’absence de CV… bref, on a affaire à un pseudonyme, un faux biochimiste qui n’existe nulle part sur le net, qui n’apparait dans aucune liste de participants à un colloque, de diplômés, qui n’a aucune publication sérieuse (dans une revue, avec une validation par un comité des pairs), bref quelqu’un qui, si il existe réellement, est sans doute, au choix, un illuminé, ou un père dont l’enfant a eu un accident suite à une vaccination, et qui est parti dans une croisade dangereuse.

Passons maintenant à travers cet article, et point par point, mettons en évidence les erreurs, les mensonges, et les approximations.

Pasteur, inventeur de la vaccination était un imposteur arriviste

Sous entendu, le monde entier suit les recommandations d’un homme qui n’avait pas les connaissances nécessaires.

Pasteur n’aurait pas eu la formation nécessaire

Marc Jaspard s’est documenté. Il est allé sur Wikipedia, il en a tiré que Pasteur n’avait pas un niveau de formation très élevée.

Contrairement à ce que croit une majorité de Français, Louis Pasteur (1822-1895) n’était pas médecin, ni même biologiste, il n’était que “agrégé-préparateur de chimie” sans que l’on en sache plus sur cette dénomination, et … pas très bon dans sa spécialité.

Ce qui est totalement faux.

Pasteur a un double baccalauréat, en lettres, et en mathématiques. Vers 1840, le baccalauréat était encore un diplôme prestigieux, que peu de personnes possédaient (en moyenne, 3.000 bacheliers par an). De plus, Pasteur entre 4° à l’Ecole Normale (la grande, pas celle qui prépare les instituteurs), et suivra des cours au CNAM. En 1847 il passe sa thèse de Doctorat en Sciences Physiques, sur un sujet lié aux molécules, et deviendra professeur de chimie et doyen de la faculté de Lille, et sera chargé de l’administration des études à l’Ecole Normale

Joli parcours universitaire pour quelqu’un qui n’aurait été “que agrégé-préparateur”….

Pasteur aurait piqué les thèses de ses petits camarades par opportunisme

Même si cela est possible, cela n’a jamais empêché les grandes réussites, Apple a utilisé les recherches de Xerox, les américains et les français se sont disputés la découverte du virus du Sida…

La “preuve” de l’opportunisme de Pasteur ? A pleurer de rire… initialement (comme tout le monde à l’époque) partisan de “la pureté de l’homme” et de la génération spontanée (comme on ne connaissait pas les organismes microbiens, on croyait que les vers, mouches et autres insectes étaient spontanément générés par les cadavres), et aurait abandonné ces thèses non pas par conviction d’homme de science, mais par opportunisme.

Et de citer un certain Antoine Béchamp, dont le nom serait “interdit”… comme le prouve le long article  de Wikipedia, imparfaitement cité. Article où l’on apprend que Béchamp, qui travailla longuement avec Pasteur sur la fermentation de la bière, était quand à lui partisan de cette génération spontanée, et n’en démord pas :

il revendique la découverte que toute cellule animale ou végétale serait constituée de petites particules capables, sous certaines conditions, d’évoluer pour former des bactéries qui continueraient à vivre après la mort de la cellule dont elles proviendraient. Pour Tissot comme pour Béchamp (et contrairement aux idées de la majorité des scientifiques) les organismes vivants, quand ils se dérèglent, produiraient eux-mêmes bactéries pathogènes et virus.

Si je comprends bien, celui qui s’accroche jusqu’à sa mort à l’idée fausse de la génération spontanée, c’est Béchamp, le fameux “interdit” (et pour cause, pourquoi, à part pour l’histoire de la médecine, citer quelqu’un qui croyait des choses erronées ?).

Béchamp et les médecines alternatives : inspirateur de charlatans

L’article de Wikipedia cite Béchamp comme inspirateur de deux femmes pratiquant les médecines alternatives. Curieux, je cherche sur Google leurs thèses.

La première, Hulda Regehr Clark, prétendait pouvoir soigner toutes les pathologies, y compris le SIDA et le cancer, en détruisant les parasites du corps humain par des appareils électriques. La seconde, Tamara Lebedewa, prétend avoir découvert dans un parasite la cause unique de tous les cancers. Ces Trichonomades seraient aussi responsables du Sida, de la sclérose en plaque, du diabète, de l’arthrose, entre autres…

On n’est pas toujours responsable de ceux qu’on inspire, néanmoins les personnes citées ressortent plus du charlatanisme que de la médecine.

Pasteur serait mort complètement gaga, suite à une hémiplégie

En réalité, il garde de son attaque cérébrale, vers 1865, une difficulté à se déplacer, et une paralysie de la main gauche. Mais ses facultés intellectuelles sont intactes, à moins que son vaccin contre le charbon, son discours de réception à l’Académie Française, et la découverte de ce fameux vaccin contre la rage, vingt ans après, soient l’oeuvre d’un fou. Faut-il rappeler à Monsieur Jaspard qu’un AVC est un accident malheureusement banal, et que les handicaps physiques qui en résultent souvent ne sont pas synonymes de diminution mentale ?

Et d’ailleurs le grand Claude Bernard aurait donné raison à Beauchamp

ça c’est le sommet du tour de passe passe de mauvaise foi : on dit n’importe quoi, on sort une citation qu’on attribue à un personnage célèbre, et on est bien tranquille, personne ne prendra la peine de vérifier… pas de bol, les seules pages internet donnant cette citation sont les multiples copies de l’article de Jaspard. Autrement dit, cette citation est purement inventée.

Continuons sur les thèses de ce fameux Jaspard…

La vaccination n’a jamais fait disparaitre une maladie

Passons sur les confusions de termes (emploi du mot théorème qui désigne TOUT SAUF une conclusion expérimentale ou statistiques), les digressions philosophiques sans preuves (aucun médecin ne serait capable de définir ce qu’est une maladie… en revanche un malade le sait très bien, lui), et passons au premier argument :

bonnes gens, on vous ment, on vous abuse… on vous dit que ce sont les microbes et les virus qui vous rendent malades, mais regardez, la vaccination n’a jamais fait disparaître une maladie, bien au contraire, ceux qui ne sont pas vaccinés se portent bien mieux que les autres.

Les preuves ?

Les épidémies de peste qui ont ravagé l’Europe au XIII° et au XIV° siècle ont disparu sans qu’on ait eu besoin de trouver un vaccin

En réalité, la peste n’a pas disparu. C’est simplement parce que les médecins Européens comprennent, à partir du XVI° siècle, les principes de base de la contamination, et donc apprennent à lutter contre la peste par l’isolement et la quarantaine, que son impact a été diminué. On connait encore des épidémies de peste au XVIII° siècle en Europe, et c’est à la fin du XIX° que Yersin identifie le bacille de la peste, qu’on sait aujourd’hui traiter avec des antibiotiques.

La peste est une maladie que l’OMS qualifie de ré-émergente, avec plus de 2.300 cas par an. La dernière épidémie de peste en France date de 1945.

Et devinez quoi ? Les chercheurs travaillent activement pour trouver un vaccin contre la peste !

La variole n’aurait pas été éradiquée par le vaccin, les dernières campagnes de vaccinations suscitaient des épidémies de variole

La seconde affirmation est impossible à prouver. J’ai cherché trois heures sur internet sans trouver aucune trace sérieuse (en dehors des sites comme ceux qui accueillent les thèses de Jaspard). Quand à la première elle est simplement totalement fausse : à la différence de la peste, la variole était une maladie qui se transmettait uniquement d’homme à homme. La maladie se transmet une fois déclarée. La vaccination permettant aux personnes infectées de lutter avec succès contre le virus, il ne peut plus se transmettre.

Les enfants non vaccinés se portent mieux que les autres

C’est sans doute l’affirmation la plus dangereuse, celle qui m’a le plus choqué… La réalité est très simple : dans les pays/régions/populations où la vaccination infantile n’est pas pratiquée, le taux de mortalité infantile jusqu’à 5 ans frise généralement les 20%. Oui, un enfant sur cinq meurt avant cinq ans. Il est clair que ceux qui passent à travers sont robustes, résistants, et on plus de chances de bien se porter. Mais à quel prix humain ?

Si on arrive à supprimer une maladie, une autre prend sa place

Très curieusement, après avoir expliqué :

  1. qu’on ne savait pas ce qu’était une maladie
  2. que la vaccination n’avait jamais supprimé aucune maladie

Marc Jaspard ajoute que de toute façon ça ne sert à rien, puisqu’une nouvelle maladie se déclare quand on arrive à en supprimer une autre.

Plus exactement, vivant plus vieux, plus longtemps, échappant aux microbes et aux virus les plus dangereux, qui le tuaient rapidement, l’homme découvre d’autres maladies, dont certaines sont très certainement “nouvelles”, soit parce que nées de mutations génétiques, ou parce qu’on entre seulement maintenant en contact avec elles.

Est ce une raison pour accepter de mourir de maladies brutales, violentes ? Autrement dit faut-il supprimer toute médecine parce que,  de toute façon, on mourra un jour de quelque chose ?

La vaccination est dangereuse

Vient la partie la pire de cette article, celle qui explique à quel point la vaccination est dangereuse. La pire, parce qu’elle s’appuie sur un certain nombre de faits réels, en oubliant les plus importants.

les vaccins sont des médicaments au même titre que les autres molécules de la pharmacopée et, à ce titre, ils sont dangereux et toxiques. Les médicaments tuent en moyenne 20 000 personnes par an en France, et les vaccins ne tueraient personne ?(…)
Ce que contient réellement un vaccin : une partie dite “atténuée” d’un virus ou bactérie que l’on croit responsable d’une maladie, des éléments de manipulations génétiques comme les ARN ou ADN double brin. Des traces protéiques du milieu de culture, car on ne sait pas filtrer totalement la fraction vaccinale. Ce qui veut dire que si les protéines de culture sont polluées pour une raison ou une autre, le vaccin le sera aussi. Il contient également des adjuvants tels l’hydroxyde d’aluminium qui se révèle un redoutable toxique puisqu’il est capable de traverser la barrière hémato-encéphalique. Le cerveau est le seul organe humain qui soit stérile et qui doit le rester, y introduire un produit chimique amène des accidents graves. (…)
On y trouve aussi des traces de formaldéhyde, cancérogène de 1ère classe, des sels de mercure (stabilisants) le mercure est un neurotoxique reconnu, personne ne peut le mettre en doute.

Une chose est totalement vraie : un vaccin est un principe actif, et ne doit pas être utilisé n’importe comment. L’administration d’un vaccin comporte toujours des risques (réaction d’intolérance, etc), et elle ne doit être faite que lorsque le bénéfice est réel, beaucoup plus important que le risque encouru.

Par exemple, vacciner contre la grippe des personnes fragiles est utile, car elles peuvent mourir de cette maladie. Vacciner contre la grippe toute une génération, pour éviter absentéisme et coût social de la grippe est nettement plus discutable.

Quant au reste, on est en face de la même rédaction de mauvaise foi (les morts des médicaments, par exemple, sont en écrasante majorité des décès suite à automédication, ou à prise de médicaments périmés ou contrefaits), l’affirmation de contre vérités (comment le cerveau, qui est irrigué par notre sang, pourrait-il être stérile ?) ou l’oubli de quelques légers “problèmes”  (l’accumulation des mercures dans les poissons, par exemple, est nettement plus dangereuse que l’éventuelle utilisation de sels de mercures qui reste à prouver).

La vaccination est – aussi – un enjeu commercial

Et c’est là que des charlatans comme Marc Jaspard jouent sur du velours, profitant des questions légitimes que des médecins nombreux et identifiables se posent sur certains vaccins (cancer de l’utérus entre autres), profitant aussi que les suivis statistiques des agences de santé conduisent à abandonner des vaccinations, parce qu’il apparait qu’elles ne sont pas si utiles que cela, pour asséner que la vaccination de masse est une hérésie, une théorie fumeuse jamais “prouvée”. Ce qui est totalement faux… et si vous avez envie de ne pas faire vacciner vos enfants, réfléchissez bien, et allez faire un tour dans les pays trop pauvres pour pouvoir faire des vaccinations obligatoires de masse.

Qui parle de Marc Jaspard ?

Peu de personnes en fait. Ce Monsieur, qui se qualifie de “scientifique”, n’a jamais publié ailleurs que dans d’obscurs blogs, des trucs gratuits ouverts de ci, de là, sur overblog ou ailleurs. Or un scientifique, cela publie, ça a son nom dans des publications scientifiques, ça va à des séminaires, ça écrit des articles qui passent par un processus de validation. Là rien.

Ou plutôt si, une archive sur “votre-sante.org” et “votre-sante.com”.

Ah ça serait du sérieux ça, Votre Santé c’est un journal qui parait en kiosque.

Non, c’était un journal. Qui a perdu son numéro de Commission paritaire des publications et agences de presse pour “publications non conforme aux données acquises de la science“. Le site est encore en ligne, et semble faire son miel de la lutte anti-vaccin.

Quant au rédacteur en chef de votre-sante , il a publié un article élogieux sur Thabo Mbeki qui explique que le sida n’est pas causé par un virus…

Puisque Marc Jaspard essaie de faire du buzz, faites en autant, et faites tourner cet article, qui prouve les mensonges et les erreurs de ses propos.