Petit reportage ce soir au journal de france2 sur le cybercondriaque. Vous ne savez pas ce qu’est un cybercondriaque ? C’est tout simplement un hypocondriaque qui se renseigne sur le web. La santé est un des thèmes les plus importants du web, et les hypocondriaques d’autrefois n’ont fait que suivre le mouvement : au lieu de consulter le Larousse Médical, ils consultent le web.

En quoi un cybercondriaque est-il différent d’un hypocondriaque classique ?

D’abord, je ne suis par certain que l’hypocondriaque “à l’ancienne” existe encore. Je parle bien sûr du véritable hypocondriaque, et pas de l’homme qui se croit à la mort pour un simple rhume, avant de recommencer à manger au feast-food et à jouer au foot dès qu’il est guéri.

Celui-là n’est pas un hypocondriaque, c’est un homme normal provisoirement abattu. Un hypocondriaque est un anxieux permanent, qui croit être malade alors qu’il est en bonne santé. Ce que Molière appelait un Malade Imaginaire.

Représentation du Malade Imaginaire

Le Malade Imaginaire, le premier des hypocondriaques

La grande différence entre cet hypocondriaque et le cybercondriaque, c’est l’effet d’entraînement lié à la convivialité web 2.0

Cette discussion sur Doctissimo en est l’emblème (et pleine d’ironie… car quel plus beau repaire de cybercondriaques que les forums comme Doctissimo et AuFéminin ?

Le cybercondriaque qui se prend pour un expert, un presque médecin

C’est le plus gros danger. Car certains internautes pensent qu’ils peuvent faire ce qu’un médecin s’interdit de faire : donner des avis médicaux par téléphone, faire de la consultation à distance, comme le dit la personne interviewée, “servir d’intermédiaire”.

Et bien entendu, sans avoir fait d’études médicales !

C’est terriblement dangereux.

Il y a une grosse différence entre “se prendre en main” et “parler avec son médecin”, et “se prendre pour un sachant”. Evidemment, à force de surfer, d’entendre des expériences, de voir des images, de participer à des discussions, le cybercondriaque a l’impression de savoir. Mais il n’a pas fait d’études de médecines, pas d’internat, son expérience clinique est limitée à son propre cas…

Quand il s’automédique, quand il décide de guérir son cancer uniquement en changeant d’alimentation, le cybercondriaque ne met que lui en danger. Quand il “sert d’intermédiaire”, il met les autres en danger… et cela, c’est pire que tout.

Les grands thèmes de la cybercondrie :

  • les vaccins ne guérissent personne, c’est dangereux et c’est un complot des Etats-Unis
  • le cancer ne peut pas être guéri par les méthodes classiques, en revanche l’alimentation fait tout
  • tous les régimes miracles pour être mince en trois jours

Vous en voyez d’autres ?

Je vous laisse regarder le reportage :