Saint Jean de Luz est un des joyaux du Pays Basque, dont la population de 12.000 habitants triple ou quadruple pendant l’été. Une des destinations préférées des français, et un des hauts lieux de la thalassothérapie depuis que Louison Bobet décida de développer le concept qu’il avait découvert en Bretagne, dans les années 1960.

Saint Jean de Luz a été une des premières stations balnéaires quand le tourisme a commencé à se développer, au XIX° siècle. Sa belle architecture en est la preuve. Plus lointaine que la côte normande ou bretonne, Saint Jean de Luz attirait les touristes pour de longues vacances, en particulier pour profiter de l’automne tardif et du printemps précoce.

Les grands établissements de thalassothérapie

A Saint Jean de Luz, les grands établissements de thalassothérapie n’ont pas été ouverts par Louison Bobet (il s’est installé à proximité, à Biarritz), le plus connu et le plus luxueux d’entre eux est l’hôtel 5* qui s’appelle tout simplement le “Grand Hôtel Loréamar“, et dont le bâtiment classique fait face à la mer.  L’autre grand hôtel bien connu est l’Hélianthal.

La palette de soins offerte par ces centres est très large : des cures classiques, des cures “forme et tonicité” ou “anti stress et sérénité”, des cures “silhouette minceur” (que, très ironiquement, le Loréamar propose juste au dessus d’une escapade gourmande !), des cures pour lutter contre le mal de dos, la mauvaise circulation et les jambes gonflées…

Photo de l'espace thalasso

Le nouvel espace thalasso du Loreamar rappelle les hammams orientaux

Les ingrédients des cures sont bien sûr les bains dans l’eau de mer (en piscine, où on peut en même temps faire de la gymnastique aquatique), des bains de boues, des enveloppements, l’utilisation relaxante et anti-rhumatismale des sables… toute une palette de techniques qui se complètent avec des soins plus orientés spa.

C’est dans le spa qu’on vous proposera des drainages lymphatiques, des massages exotiques, qu’ils soient balinais ou aryuvédiques, de la réflexologie, ou des soins du corps, notamment des gommage qui vous permettent de retrouver une peau éclatante de beauté.

Car au delà de votre “objectif officiel”, le bienfait premier qu’apporte une thalassothérapie, c’est que vous vous sentez bien. Vous consacrez une semaine, ou un week-end, tout simplement à vous occuper de vous, en oubliant tous vos soucis, le stress, les contraintes, et la grisaille.

Le tourisme à côté de la thalassothérapie

En dehors des moments consacrés à la cure, se balader dans les rues de Saint Jean de Luz est un vrai plaisir. Cette ville, où Louis XIV épousa (par procuration) l’infante Marie-Thérèse d’Autriche a tiré de son histoire et de la proximité avec la frontière espagnole un art de vivre bien méridional.

Les bodegas et restaurants à tapas y sont nombreux, comme les spécialités basques, le gâteau basque, et surtout le touron, une sorte de nougat (après il faut refaire deux semaine de thalasso “minceur”).

Photo des barques de Saint Jean De Luz

Le port de Saint Jean de Luz au soleil

Après ces délices, un peu de sport ne fait pas de mal. Quand vous en avez assez de faire des mouvements dans une piscine, vous pouvez partir en balade en canoë ou en pirogue, ou vous initiez aux plaisirs du surf. La côte basque, en effet, et Saint Jean de Luz en particulier, sont bien connus pour leurs superbes rouleaux.

Si par hasard vous en aviez un peu assez de l’eau sous toute ses formes, il vous resterait l’initiation à la pelote basque, cette autre spécialité locale ! Ou bien, en saison, la course de vachettes !