Les causes d’une douleur au coccyx peuvent être très différentes, et se traduire par des douleurs assez semblables. Or, selon les causes, le traitement sera très différent. Ce qui fonctionne pour un kyste n’est pas adapté pour une coccygodynie, par exemple.

Voici un tour d’horizon des différents problèmes qui peuvent produire une douleur au coccyx.

La fracture ou la fissure

C’est le traumatisme maximum. Il survient après une chute ou, beaucoup plus rarement, à cause de traumatismes répétés (équitation, par exemple). Elle peut survenir aussi sur des os fragilisés par l’ostéoporose. Enfin, un accouchement peut, dans le pire des cas, provoquer une fracture du coccyx, mais ce sera, le plus souvent, une luxation.

Comment reconnaitre la fracture du coccyx ?

La douleur est permanente, particulièrement intense lorsqu’on est assis, ou lors d’efforts physiques. Le diagnostic est confirmé par une radiographie qui montrera la fracture.

Comment soigner une fracture du coccyx ?

Impossible de plâtrer, en revanche une manipulation (via un toucher rectal), bien qu’elle soit douloureuse, permet de remettre le coccyx en place. Il faut compter environ quatre à cinq semaines pour que la fracture se consolide. Pendant toute cette période, on évitera le sport, les mouvements brusques, la station assise sans coussin orthopédique adapté.

On essayera, autant que possible de s’allonger sur le côté ou sur le ventre. La pose de glace et surtout la prise d’anti-inflammatoires permettent de diminuer les douleurs en attendant la guérison.

Le truc important

Il vaut mieux, pendant toute cette période, éviter la constipation. Inutile de faire un dessin sur le type d’effort que cela entraîne ! Mangez équilibré, buvez beaucoup d’eau, éventuellement prenez à dose légère des traitements anti-constipation !

La luxation

Dans la luxation, l’os n’est pas cassé ou fendu, comme dans la fracture, mais une ou plusieurs vertèbres du coccyx sont séparées. L’articulation ne fonctionne plus correctement, il y a du jeu, et il est possible que les ligaments soient déchirés.

Coccyx de femme avec représentation de la douleur

Le coccyx douloureux : mais pour quelle raison ?

Comme la fracture, la luxation est très douloureuse. Elle ne se remet pas en place toute seule, il est essentiel d’intervenir, et le plus rapidement possible.

La luxation peut survenir après un traumatisme (chute, choc), ou après une série de micro-traumatismes.

En particulier, on la trouve chez les personnes obèses ou au contraires très maigres, qui ne s’asseyent pas avec le même mouvement de rotation qu’une personne de poids normal.

L’ostéopathie peut être efficace en cas de luxation.

L’épine coccygienne

L’épine coccygienne, c’est une petite excroissance osseuse, une « épine » au bout du coccyx. C’est la troisième cause de coccygodynie, après les fractures et les luxations. C’est très douloureux, car la pointe osseuse appuie en permanence quand on s’assoie, elle frotte sur les tissus musculaires qui sont douloureux. L’inflammation est permanente.

Cette malformation est très facile à voir lors d’un examen : on sent l’excroissance quand on palpe le coccyx, souvent on voit la petite bosse. Et bien sûr, à la radio, c’est évident.

Les causes de l’épine coccygienne

Dans la grande majorité des cas, c’est « de naissance« . Cela peut se déclarer très tôt, ou au contraire, rester en sommeil pendant longtemps, et commencer à cause d’un autre problème, qui va démarrer l’inflammation du coccyx et lancer un cercle vicieux.

Comment on la soigne ?

On commence par des infiltrations, pour réduire la douleur et permettre aux tissus de se dégonfler.

Mais souvent, il faut opérer. L’opération consiste à enlever l’épine, ou même la deuxième vertèbre (le début du coccyx). Les douleurs intenses disparaissent très vite. Les patients retrouvent une position assise sans douleur entre quelques semaines et plusieurs mois. La sensation qu’on a en s’asseyant est un peu bizarre, on sent qu’il manque « quelque chose », mais cela n’a rien de comparable aux douleurs d’avant.

Le kyste ou le cancer

En dehors d’un cas particulier, le kyste pilonidal, les kystes au coccyx sont très rares, et les cancers encore plus rares.

Le kyste se développe dans un sinus pilonidal

Kyste pilonidal

Kyste pilonidal

Le « sinus pilonidal » est une profonde fossette, une sorte de « trou », comme si la peau avait eu du mal à se détacher du coccyx.

Il est possible qu’à l’intérieur de cette fossette se développe un poil. Ce poil va être assez court, et un kyste se développe. Tant qu’il n’est pas irrité, on ne sent rien. Mais si une inflammation se déclare, la douleur va aller en augmentant, et peut être intense. L’opération du kyste pilonidal est nécessaire, d’autant plus qu’il évolue souvent vers une infection, très difficile à traiter (le kyste est enfoncé au fond de la fossette, la sueur est difficile à nettoyer).

Le kyste pilonidal concerne environ 20.000 personnes en France chaque année, soit une sur deux des opérations de chirurgie causées par une infection grave.

Le cas particulier du kyste pilonidal associé à l’épine coccygienne

Dans 70% des cas, quand il y a une épine coccygienne, on trouve au même niveau un sinus pilonidal, comme si la peau avait été « collée » à l’épine. La conjonction de l’épine et du sinus va faciliter l’inflammation, la douleur et l’infection. En cas d’infection, il faut obligatoirement opérer le sinus, pour le vider du pus accumulé et le drainer.

Les kystes de Tarlov

Ce sont des kystes particuliers, qui se développent sur l’enveloppe des nerfs du sacrum, au niveau de la deuxième et de la troisième vertèbre. Dans la plupart des cas, ces kystes ne sont pas douloureux. Ils peuvent le devenir, si ils appuient sur des terminaisons nerveuses.

La douleur lombaire

Les douleurs du bas du dos peuvent donner l’illusion d’une douleur au coccyx : les douleurs se diffusent, on parle de « douleur projetée » c’est à dire d’une douleur ressentie à un autre endroit que celui qui souffre. Le cas le plus extrême d’une douleur projetée, c’est quand on a été amputé d’un membre et qu’on y a toujours mal.

La douleur projetée se trouve ‘ailleurs » sur le trajet neuronal. Dans le cas de douleurs lombaires, celles-ci peuvent « descendre » vers le coccyx.

La douleur au coccyx peut aussi provenir d’une mauvaise position, prise pour échapper à la douleur lombaire, qui va finir par traumatiser le coccyx. On retombe sur une véritable coccygodynie.

Quand il s’agit uniquement d’une douleur lombaire projetée, elle est plus diffuse que la douleur coccygienne.

Les douleurs anales et autour du périnée

De la même façon, on peut ressentir des douleurs dans la région de l’anus, qu’on va confondre avec une coccygodynie, à cause de la proximité.

La névralgie pudendale est liée à une inflammation du nerf pudendal, qui traverse tout le périnée, de l’anus aux organes génitaux. Comme pour la coccygodinie, les douleurs sont plus fortes lorsqu’on est assis, par contre elles existent surviennent aussi quand on est debout. De plus, elles se situent en avant de l’anus, ce qui n’est jamais le cas pour une coccygodynie. Elles se soignent avec des corticoïdes.

Les douleurs de l’anus (proctalgies) sont irrégulières, et n’ont aucun lien avec la position assise. Ce ne sont pas les os du coccyx qui sont en cause, mais le muscle anal qui a une crampe. En revanche, les cause de cette proctalgie fugace semblent être les mêmes que pour la coccygodynie ; micro-traumatismes, accouchement douloureux, mauvaise posture lombaire… ou coccyx nécrosé !

L’arthrite

Les douleurs au coccyx peuvent enfin provenir d’une arthrite provoquée par des tout petits cristaux qui s’accumulent dans les articulations, ici entre les dernières vertèbres du coccyx : acide urique (goutte) ou pyrophosphate de calcium (chondrocalcinose ou pseudogoutte).

La encore, si la station assise aggrave les douleurs, elles ne sont pas ressenties uniquement quand on est assit. Les corticoïdes sont très efficaces.

Identifier la cause des douleurs, pour identifier la coccygodynie

Dans toutes ces pathologies, seules les luxations et l’épine coccygienne vont générer une vraie coccygdynie, c’est-à-dire un déplacement anormal du coccyx qui ne se positionne pas à un angle normal quand on est assis.

Les autres coccygodynies sont liées à des conditions physiques : hyper-mobilité, obésité ou grande maigreur, coccyx rigide ou ossifié.

Les points essentiels pour distinguer une coccygodynie d’un autre type de douleur :

  • elle se situe dans la région du coccyx (c’est à dire au dessus de l’anus)
  • elle se ressent quand on est assis, et surtout quand on s’assied ou on se lève, mais pas quand on est debout

Pour plus d’infos :