La surdité est la deuxième maladie professionnelle répertoriée en France, plus de 700 cas sont recensés tous les ans. Dans les domaines de l’industrie, de l’artisanat et de l’agriculture, l’usage de machines avec un niveau de son élevé est très fréquent et nuit à l’audition des travailleurs.

Dégradation du système auditif

Nos oreilles ne sont pas équipées naturellement pour se protéger contre les bruits intenses et prolongés créés par l’activité humaine. Les sons de notre environnement se situent entre 30 et 90 décibels. Ceux de 30 décibels ne retiennent pas notre attention. Dans les domaines de l’industrie, la construction, l’artisanat, l’armée… on retrouve des niveaux supérieurs à 90 dB qui ont pour effet de dégrader l’audition, lorsque l’exposition est fréquente ou trop traumatisante.

Statue de l'écoute, devant Saint Eustache

L’écoute – Statue par Henri de Miller
Photo CC BY SA de Céline

Ainsi, notre capital auditif qui est constitué de 15 000 cellules de chaque côté diminue petit à petit.  La perte de ces cellules est irréversible et la médecine ne dispose pas de médicament qui permette une guérison mais des solutions matérielles pour atténuer la surdité, comme des appareils auditifs. Plusieurs facteurs sont la conséquences de cette dégradation de l’oreille : une exposition importante au bruit (musique, machines…), certaines pathologies, le vieillissement ou encore certains médicaments.

Que dit la loi ?

Le décret 2006-892 et la directive européenne 2003/10/CE indiquent que les entreprises doivent se préoccuper de diminuer les émissions sonores dans un premier temps en améliorant les outils professionnels. Par soucis d’économies et d’organisation, la plupart des entreprises décident plutôt d’acheter équipements de protection individuelle. Les casques et bouchons d’oreilles anti-bruit sont plus efficaces pour réduire les aigus que les graves, avec une diminution de 20 à 35 décibels. Pour plus de performances, il est possible de faire réaliser des bouchons d’oreille sur-mesure  à partir de l’empreinte du conduit auditif, par un audioprothésiste.

Aussi, le niveau d’exposition quotidienne au bruit (appelée Lex), correspond au niveau moyen auquel le personnel est soumis pendant une journée de 8 heures. Tandis que le niveau de crête (Lc) est le niveau maximum à un instant T. Le décret stipule notamment qu’à partir de 80 dBA (Lex) et de 135 dBC(Lc), des protections individuelles doivent être mises à la disposition des salariés et qu’au-delà de 85 dBA (Lex) et de 137 dBC(Lc), le port de ces protections est obligatoire.

Les valeurs limites d’exposition sont 87 dBA (Lex) et de 140 dBC(Lc).

Un salarié souffrant de surdité peut faire une demande de reconnaissance comme maladie professionnelle après une exposition au bruit pendant un an minimum et cela au moins deux ans après avoir quitté un poste de travail trop bruyant.