Des malades du cancer jeunes aussi…

On savait déjà que le cancer pouvait toucher à tout âge, même si la majorité des cas sont constatés après 50 ans. Néanmoins, beaucoup d’infirmiers relatent le fait que ce sont parfois de jeunes parents qui sont atteints : un jour, on leur diagnostique un cancer, quelques semaines après ils ne sont plus… Mais en cette semaine du cancer, ce que l’on veut retenir, c’est qu’on guérit de plus en plus de cas. Aujourd’hui, cette pathologie ne signifie plus décès mais espoir : le dépistage permet de soigner dès l’apparition de cellules cancéreuses, et de les faire fuir à jamais.

Une semaine du cancer pour les dons mais pas seulement

Ce qu’on cherche durant cette semaine contre le cancer, c’est avant tout à délier les langues : encore trop de tabous subsistent autour du cancer. Car le mot fait peur, à ceux qu’il atteint, aux familles, à tous en fait. Pour soutenir les personnes malades, parlons-en car nous sommes tous concernés, de près ou de loin.  Nous pouvons aussi aider la Ligue contre le Cancer, en donnant : du 19 au 25 mars, la ligne téléphonique du 3031 permet de faire un don en ligne. La recherche a besoin d’argent, et qui sait, c’est peut-être nos futurs soins que nous aidons en offrant un peu…

Les manifestations de la semaine du cancer

C’est la distribution de documentation dans les structures de soins, des colloques, des animations sur les places publiques appelant au don et renseignant sur le dépistage. On informe aussi sur les signes qui doivent amener à consulter, pour réagir tant qu’il est encore temps. Au CHU de Reims, on parle même du mois contre le Cancer : c’est dire combien il y a de choses à communiquer sur le sujet!

Parce que nous pouvons un jour aussi être atteints, donnons.