Après vous avoir expliqué « tout sur le charbon végétal« , et plus exactement, comment il est fabriqué, ce qu’il soigne et ce qu’il ne peut pas soigner… voici maintenant des conseils d’utilisation. Faut-il acheter son charbon en poudre ou en gélules ? Combiné avec d’autres principes ? Quelles sont les précautions, les posologies ? Comment l’utiliser en cas de douleurs, ou en cure de détox régulière ? Et j’en profite pour vous présenter différents charbons, car il n’y a pas que le charbon de Belloc !

Le charbon de Belloc, un charbon végétal naturel

Le charbon de Belloc, un charbon végétal naturel présenté en « gélules molles »

Charbon en poudre ou charbon en gélules

Le charbon se présente traditionnellement en poudre. C’est le conditionnement le plus simple, qui permet d’utiliser le charbon comme on le souhaite, à la quantité voulue (et de l’utiliser aussi en dentifrice). Mais le charbon est additionné d’excipients : huile de soja, cire d’abeille jaune, lécithine de soja, glycérol, gélatine….

On trouve aussi fréquemment du charbon actif en gélules. Celles-ci ont l’avantage de permettre un dosage facile, et de pouvoir être avalées facilement, sans l’appréhension d’ingérer une poudre peu appétissante. Mais elles coûtent plus cher que le charbon actif en poudre. De plus, si vous êtes végétarien, vous ferez attention à choisir des gélules avec une gélatine végétale exclusivement.

Charbon actif et levure de bière

On présente aussi souvent le charbon mélangé avec d’autres principes actifs, qui le complèteraient. Il vaut mieux éviter les mélanges charbons – argile, l’argile risquant de boucher les pores du charbon.

En revanche, le charbon et la levure sont deux principes complémentaires pour lutter contre les flatulences et rééquilibrer l’intestin. On peut choisir des gélules qui proposent les deux en même temps, ou consommer du charbon et une cuillère à café de levure de bière.

Utiliser le charbon : précautions d’emploi

Le charbon absorbe tout, il ne fait pas la distinction entre ce qui est « bon » et ce qui est nocif.

Il est donc essentiel de séparer la prise du charbon de celle des autres traitements, au minimum de deux heures, de préférence trois heures, pour éviter que ceux-ci soient inactivés par le charbon.

C’est particulièrement vrai en ce qui concerne tous les médicaments pour le coeur, à base de digitoxines. Et pour les contraceptions orales.

Il est essentiel d’en parler avec son médecin, qui pourra vous conseiller pour organiser les prises de médicament et celles de charbon. Dans certains cas, il vaut mieux suspendre l’utilisation du charbon pendant un traitement ponctuel.

En dehors de cette précaution d’emploi, le charbon végétal n’a pas de contre-indication. Les seuls effets secondaires connus sont des selles de couleur noire, et éventuellement, dans certains cas, une diarrhée passagère.

Enfin, il est réservé à l’adulte et à l’enfant de plus de six ans.

Le charbon comme traitement des gaz et douleurs d’estomac

Le meilleur moment pour prendre le charbon en traitement immédiat est après les repas, ou bien au moment où les douleurs surviennent.

Si le charbon est en gélules, on essaiera de ne pas en prendre plus de trois fois dans la journée, par prise de deux gélules maximum.

En poudre, on prendra une à deux cuillères à café dans un verre d’eau, voire une cuillère à soupe, tous les matins, pendant dix jours. (Faut-il le répéter ? Il faut prendre conseil de son médecin. Les doses recommandées sont comprises entre 1 gramme et 20 grammes par jour… suffisamment de marge de manœuvre pour demander un avis).

Il est particulièrement recommandé en cas de :

  • ballonnements, flatulences, gaz, fermentations, brûlures d’estomac
  • irritation de l’intestion
  • diarrhée
  • déséquilibre de la flore intestinale
  • gastro-entérite

Le charbon comme entretien de fond

Pour les personnes qui ont de réels problèmes gastriques, il peut être intéressant de continuer à prendre, de façon régulière, mais plus espacée, du charbon de Belloc.

Une cuillère à café diluée dans un verre d’eau le matin suffit. Il faut faire attention de bien boire, pour éviter les risques de constipation, jusqu’à ce que le charbon soit éliminé par l’organisme (visible dans les selles).

La prise de charbon sera répétée au plus une fois par semaine, au minimum une fois par mois. Ce rythme permet d’alterner avec d’autres éléments pour faire une vraie cure de détox.